Construction d’une station d’épuration à Adidjan, Côte d’Ivoire

D’une capacité d’hospitalisation de 250 lits, le Centre hospitalier Universitaire d’Angré, devient le 5ème centre hospitalier de la ville d’Abidjan en Côté d’Ivoire.

Mise en place d’un collecteur des eaux usées de la station d’épuration de l’Hôpital général d’Angré jusqu’au lieu de rejet

Les travaux constituent :

  • La réalisation de la station d’épuration comprenant le poste de prétraitement, la fosse septique, le pré-filtre, la bâche de répartition, les regards de répartition, le lit filtrant, le regard de comptage, la canalisation de rejet des eaux épurées ;
  • La fourniture et pose de canalisation de liaison entre la station d’épuration des eaux usées et le lieu de rejet ;

Description de la station

La filière de traitement proposée correspond au procédé « boues activées » avec garnissage plastique dans le bassin biologique. Ce procédé de traitement classique repose sur l’oxydation biologique de la pollution organique par une culture libre de bactéries. La mise en contact avec les bactéries assure la dégradation de la pollution présente dans les eaux usées avant le rejet de effluents dans la nature.


La filière de traitement proposée est composée de différentes étapes successives :

  • Le prétraitement permet l’élimination des matières en suspension, des sables et des graisses contenues dans les eaux usées. Il comprend deux phases :
    • le dégrillage
    • la décantation primaire
  • Le traitement par aération prolongée assure la dégradation de la pollution carbonée et azotée.
  • La décantation secondaire permet la séparation entre les eaux épurées et les boues. A cette étape, les boues sont soit recirculées en tête de station soit extraites. La recirculation des boues permet de maintenir le taux de biomasse épuratrice nécessaire au traitement. La mise en place de ce procédé de traitement permet d’atteindre les objectifs d’épuration demandés
    en s’adaptant aux conditions locales spécifiques du projet.
Par | 2019-02-06T13:46:19+00:00 5 février 2019|actualités|0 Commentaire